Musique: la mélancolie a toujours du relief chez mickey3d

"J'ai du mal à faire le deuil de l'enfance, de l'adolescence": après sept ans de pause discographique, mickey3d revient avec un nouvel album tout en mélancolie et nostalgie, évitant habilement le piège passéiste.

Avec "Nous étions des humains", les fans sont en terrain connu dès la pochette, photo noir et blanc/personnage au sourire démesuré qui rappelle celle de l'album "Tu vas pas mourir de rire", consacré en 2003.

Le titre "Un œil sur toi", avec sa tournure "Et c'est rien de le dire", renvoie à l'ancien tube "Respire" ("Tu vas pas mourir de rire/Et c'est pas rien de le dire").

"Tout ça, c'est un petit clin d'œil, l'album +Tu vas pas mourir de rire+ a 20 ans, et un sourire sur une pochette, ça fait du bien, même si le contenu est un peu sombre, le contraste est intéressant", confie mickey3d à l'AFP.

Chez mickey3d -- Mickaël Furnon désormais tout seul -- les mélodies accrocheuses sont toujours là ("Emilie dansait"). Mais, autre constante, derrière les ritournelles affleurent des constats cliniques sur la marche du monde.

Sa chanson "Les réseaux social", avec faute d'accord volontaire, dénonce ainsi les harceleurs anonymes cachés derrière leurs écrans. Un morceau qui colle à l'époque, comme l'était "Respire", avec son message écologiste. Une nouvelle version de "Respire" avait même vu le jour, avec mickey3d et Bigflo & Oli en 2020, en pleine crise sanitaire.

- Tripoli -

"Tout le monde m'a dit que c'était une chanson visionnaire, mais, tout simplement, je savais bien que les choses n'allaient pas s'arranger", décrypte le quinquagénaire.

Mais l'artiste n'est pas fataliste pour autant. "Pas mal de jeunes ont une conscience écolo aujourd'hui, c'est rentré dans les mœurs, ma fille de 5 ans revient de l'école et nous dit +il ne faut pas laisser couler l'eau+, c'est bien".

C'est ce qui rend "Nous étions des humains" attachant: mickey3d échappe au traquenard du "c'était mieux avant". Il admet bien sûr qu'il a "toujours aimé la musique mélancolique", qu'il a "toujours été un peu nostalgique". La chanson "Lettre à Louison" est d'ailleurs un petit bijou de coup d'œil dans le rétro.

Mais "Je me souviens" dit bien dans une belle pirouette finale que chaque époque a ses défauts: "Y avait John Wayne qui tuait des indiens/Et tout le monde applaudissait".

Toujours basé du côté de Montbrison, dans la Loire, mickey3d n'est pas qu'ancré dans le local. Dans "N'achetez pas mon disque", il cite la ville libanaise de Tripoli, et c'est du vécu.

- "Ado jusqu'à 45 ans" -

"On y va régulièrement (la famille de sa femme a des racines libanaises, ndlr), c'est un peu le Marseille libanais, c'est différent de Beyrouth, les gens galèrent, mais ils bricolent, se débrouillent". La crise au Liban inspire d'ailleurs le morceau "Mon pays est tombé".

"C'est intéressant d'aller voir ailleurs comment les autres vivent".

Lui, sa vie a bien changé, puisqu'il est désormais père de deux enfants de 3 et 5 ans. "Etre parent, c'est un sport de jeunes (rires), pour moi, c'est dur, j'ai 50 balais, j'ai été ado jusqu'à 45 ans, je ne pensais qu'à ma gueule, à faire de la musique".

"Des fois, je pète un câble et je dis à ma femme (Najah El Mahmoud, longtemps musicienne du groupe, ndlr), +il faut que j'y retourne, que je retrouve ma vie de musicien+".

Y retourner ? Pas tant que ça. "Je ne ferai pas une tournée d'une centaine de dates, j'ai fait ça pendant 20 ans, je ferai des concerts seul, avec ma guitare et mes boucles (électro) au coup par coup". C'est humain, comme le dit le titre de son album.

pgr/elc/dch