Musique : Les Innocents, divines harmonies

Yann Bertrand
Les Innocents sortent vendredi leur nouvel album, "6 ½", aux mélodies qui attrapent immédiatement, aux harmonies qui enchantent, aux mots qui claquent. Après "Mandarine" il y a quatre ans qui marquait leurs retrouvailles, c'est un retour pour de bon.

On en a l'habitude depuis le temps, mais comme toujours il y a une magie, une recette : une chanson des Innocents vous attrape en un éclair.


Trente ans après y avoir enregistré leur premier disque, JP Nataf et Jean-Christophe Urbain sont retournés à Bruxelles, au fameux studio ICP, pour capturer ces nouvelles chansons. Quelque chose d'instantané, loin de la longueur qui avait accompagné Mandarine il y a quatre ans.

On n'avait plus parlé de ce qu'on faisait depuis quinze ans séparément, est-ce qu'on s'aime, est-ce qu'on se faisait la gueule

Jean-Christophe Urbain, les Innocents


Harmonies, mélodies, métaphores, couleurs, tout l'univers des Innocents rend heureux sur ce disque. Les deux amis se sont retrouvés et ont accouché de leurs bébés favoris : de bonnes chansons.

Notre boulot c'est ça : faire de bonnes chansons et de temps en temps ça part, sans savoir où ça emprunte et peu importe

J.P. Nataf, les Innocents


Plus simples, plus libres, plus ouverts... Quelle chance que l'histoire des Innocents continue, et si bien, plus de 30 ans après.


Les Innocents, 6 ½ (RCA/Sony Music). Album disponible. Le 19 juin au café de la danse à Paris, le 28 juilllet aux Nuits de Fourvière ou encore le 13 décembre à la Salle Pleyel.

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi