Entretien avec les musiciens du groupe L’Impératrice qui sortent leur deuxième album, "Tako Tsubo"

L’Impératrice, c’est un groupe de six jeunes musiciens, qui ont conquis le monde avec leur pop élégante aux accents de disco cosmique. Leur succès au-delà des frontières de la France peut s’expliquer, selon Charles de Boisseguin, membre du groupe, par "cette idée collective de l’exotisme, de la poésie, du charme à la française. Ça doit être lié à une émotion, quelque chose dans la musique, de sensible, derrière laquelle les gens se retrouvent", analyse-t-il. “Une sorte de mélancolie à la française”, ajoute la chanteuse Flore Benguigui. Salle comble deux soirs de suite à L’Olympia Lorsque les concerts étaient encore autorisés, le groupe a rempli deux soirs de suite l’Olympia. "Pour nous, c’était quelque chose de symbolique, d'émouvant, et je crois qu’on en a tous eu les larmes aux yeux, c’est L’Olympia quoi", lance Charles de Boisseguin. Le groupe a sorti son deuxième album, Tako Tsubo. La chanteuse Flore Benguigui y prend notamment la parole pour "se moquer de la misogynie ambiante" dans le milieu de la musique, avec le morceau Peur des filles.