Musique : AC/DC signe son grand retour avec un nouvel album

Un éclair rouge grésillant qui finit par s'allumer : il y a un mois et demi, les réseaux sociaux d'AC/DC se sont brutalement réveillés, signe que le groupe australien aux 200 millions d'albums vendus s'apprêtait à rebrancher le courant. Vendredi 13 novembre, Power Up est sorti. Un retour quasi miraculeux pour les pionniers du hard rock portés par un guitariste mascotte et toujours debout, malgré les coups durs. "On a trouvé l'idée de l'uniforme d'écolier, puis je l'ai gardé" En 1979, AC/DC avait six ans d'existence, et déjà six albums au compteur. Le 7e en fera des stars planétaires : Highway to Hell, ou l'avènement d'un nouveau son sans fioritures, brut de décoffrage, qui va devenir leur marque de fabrique. Avec eux, le choc n'est pas seulement sonore, il est aussi visuel : cela fait plus de 40 ans que le guitariste parcourt au pas de charge, de préférence, les scènes du monde entier. Du haut de son 1m57, avec ses rythmes endiablés, son fameux pas de canard, et, surtout, son indémodable costume d'écolier, Angus Young est devenu la figure du groupe. "Dans mes mains, les guitares ont toujours paru énormes, raconte-t-il. J'ai commencé très jeune ; alors, on a trouvé l'idée de l'uniforme d'écolier, puis je l'ai gardé". Dernier membre du groupe encore debout, le guitariste a convaincu chacun de revenir. Comme en 1980, après la mort du chanteur Bon Scott, le groupe renait encore une fois de ses cendres avec un nouvel album dans la pure veine AC/DC.