"Music Too" : les témoignages sur les violences sexuelles font bouger les choses dans l'industrie musicale

franceinfo
·1 min de lecture

Le chanteur américain Marilyn Manson est le dernier en date de la liste des musiciens soupçonnés de violences sexuelles. Avant lui, Placido Domingo ou encore Moha La Squale. A l'étranger comme en France et dans tous les styles musicaux, les langues se délient peu à peu. Ce "Music Too" a également abouti à la signature de protocoles au sein des institutions condamnant toute forme de harcèlement et au sein-même des maisons de disques, les choses semblent désormais changer.

Dans le label indépendant français Because Music, la mise en cause du rappeur Retro X accusé de viol par cinq femmes, a permis de briser l'omerta. Des salariés, toutes des femmes, ont pris la parole dans la foulée pour dénoncer un climat sexiste. "Ce sont les artistes problématiques agresseurs qui ont mis en lumière ce qui se passe en coulisses, remarque Lola Levent, fondatrice de Diva, une plateforme pour dénoncer le sexisme dans la musique. En fait, le label lui-même maintient un état d'esprit sexiste, voire pire. Tout ça, c'est pas du hasard. C'est significatif des rapports de force entre les hommes et les femmes dans cette industrie. C'est significatif de l'invisibilisation de la parole des femmes."

Une femme sur trois

Chez Because, le directeur général adjoint a finalement été licencié, le règlement intérieur modifié et les nouveaux contrats peuvent maintenant être rompus si un artiste est impliqué dans une affaire de violences sexuelles. Des sanctions encore rares alors qu'une femme sur trois du (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi