"Music is my hope" du jazzman Raphaël Imbert, un "manifeste sur l'engagement"

Annie Yanbékian
Le saxophoniste, compositeur et arrangeur Raphaël Imbert dédie son nouvel album "Music is my hope" au blues, aux protest songs, au gospel, avec une figure du XXe siècle en fil conducteur, l'artiste engagé Paul Robeson. Il s'entoure de chanteurs (Marion Rampal, Aurore Imbert, Big Ron Hunter) au service d'un album addictif où la voix est reine. Rencontre avant un concert ce mercredi soir à Paris.

Né à Thiais, dans le Val-de-Marne, le 2 juin 1974, Raphaël Imbert, issu d'une famille provençale, partage sa vie entre Paris et le Sud de la France. Depuis son premier disque sorti en 2002, il mène une carrière de saxophoniste, compositeur, chef de différents orchestres gravitant au sein de sa compagnie Nine Spirit, mais aussi pédagogue et chercheur.

Sorti le 26 janvier chez Jazz Village, son nouvel album "Music is my hope" forme un diptyque avec son prédécesseur "Music is my home", lancé en 2015 (Culturebox en a diffusé la captation live à Sons d'Hiver). Pour ce nouveau disque, Raphaël Imbert fait surtout appel à des musiciens français, parmi lesquels des compagnons de route de longue date. On y retrouve aussi le chanteur de blues américain Big Ron Hunter, déjà présent sur l'album précédent. Autres voix de ce disque où l'on chante sur presque tous les morceaux, celles de Marion Rampal ainsi qu'Aurore Imbert pour sa toute première collaboration avec son frère Raphaël. Ce dernier a par ailleurs invité le guitariste Pierre Durand et le pianiste Pierre-François Blanchard qui a longtemps accompagné Pierre Barouh.

Un hommage à Paul Robeson

L'album célèbre l'engagement sous toutes ses formes. Il rend hommage à Paul Robeson (1898-1976), chanteur et acteur (la version bouleversante d'"Ol' Man River" dans le film "Showboat" de 1936, c'est lui) qui resta fidèle à ses convictions communistes envers et contre tous, ainsi qu'aux songwriters Pete Seeger et Joni Mitchell, dont Raphael Imbert a glissé des reprises au milieu de chants traditionnels, du gospel au provençal, et de compositions originales. Un passionnant voyage à découvrir sur scène à Paris ce mercredi 14 février à l'Alhambra, en clôture du festival Au fil des Voix.

- Culturebox : quand on lit le livret très documenté de "Music is my hope" ("la musique est mon espoir"), on en déduit que ce disque exprime une forme de réponse aux drames du monde qui nous ont frappés récemment. La musique, (...)

Lire la suite sur Culturebox.fr


La mort de Didier Lockwood, géant et ambassadeur du jazz français
Héritage de Johnny : Laura Smet et David Hallyday en référé pour leurs droits
Le Violoncelle de plus d'un million d'euros a été retrouvé
Musical et foncier : le patrimoine de Johnny