La musculation au service de l'art

Le plasticien Viktor Lois a été réparateur de machines à écrire pendant vingt ans, jusqu’à ce que l’avènement de l’ordinateur lui fasse perdre son gagne-pain, ce qui lui a permis de se consacrer pleinement à son art. Il a créé au fil des années une stupéfiante collection d’objets : des meubles faits de déchets industriels, des bicyclettes fantaisistes, des sculptures sonores, mais aussi des appareils de culture physique. Il nous a reçus dans sa maison de Szentendre [une ville peuplée d’artistes, à 15 kilomètres au nord de Budapest].

Vous êtes réputé pour votre sens de l’ironie…
VIKTOR LOIS J’ai commencé à exprimer mon ironie au début des années 70 lorsque j’ai créé L’Epingle de sûreté morale, L’Amour-propre brisé et d’autres sculptures en bois. A cette époque, il s’agissait pour moi de donner forme à certaines situations de l’âme que l’on ne peut formuler que verbalement ou lors des séances de psychanalyse.

Donner forme à des situations de l’âme ?
Oui, c’est bien cela. Mais pratiquement personne n’a compris ces oeuvres. Ces sculptures étaient par ailleurs tellement fines et légères que les gens se demandaient si c’était du bois, du plastique ou autre chose. Ils les caressaient, les touchaient et les renversaient à tout bout de champ. Je me suis dit : “Ça suffit comme ça, je ne vais pas passer mon temps à restaurer mes oeuvres.”

C’est alors que vous êtes passé à vos oeuvres durables, à votre “âge du métal”.
Au début des années 80, les hommes politiques se sont de plus en plus mis à parler de la société de consommation. Je ne comprenais rien à ce discours, puisqu’il n’y avait rien à consommer [dans les pays socialistes]. J’ai alors décidé de réaliser des objets de consommation alternatifs, très personnels, à partir des déchets industriels. J’ai commencé par fabriquer des meubles et des vélos, ensuite des sculptures sonores et, enfin, des appareils de culture physique.

Pourquoi ces types d’objet ?
Parce qu’ils répondent à tous les besoins de l’homme d’aujourd’hui : l’habitat, les déplacements, les loisirs et - tendance oblige - la forme et la santé.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles