Un musée berlinois rend des œuvres dérobées au XIXe siècle aux autochtones d'Alaska

agence, AFP, figaro.fr, Le
Hermann Parzinger, président de la Fondation de l'héritage prussien gérant les musées berlinois, et John Johnson, de la corporation Chugach d'Alaska, durant une cérémonie de restitution au musée royal d'ethnologie de Berlin, mercredi. / RALF HIRSCHBERGER/AFP

L'Allemagne a restitué à l'État américain une dizaine de pièces provenant de tombes de population indigène pillées à la fin du XIXe siècle. Elles se trouvaient jusqu'à présent au Musée Royal d'Ethnologie de Berlin.

Neuf artéfacts funéraires ont été rendus mercredi dernier aux populations autochtones d'Alaska, par l'intermédiaire de John Johnson présent à Berlin au nom de la région du Chugach. La Fondation de l'héritage prussien, qui gère les musées de Berlin, avait établi le fait que ces œuvres d'art provenaient d'un pillage effectué sur un site de sépultures dans les années 1880.

«Ces objets ont été pris à des tombes sans la permission des peuples sur place, et donc de façon illégale, a déclaré Hermann Parzinger, président de la fondation allemande. Ils n'appartiennent donc pas à nos musées.» Selon l'institution, ces objets, parmi lesquels se trouvent les fragments d'un masque de bois et d'un berceau, avaient été ramenés en Allemagne dans les années 1882-1884 par Johan Adrian Jacobsen, aventurier norvégien et ethnographe amateur, à la demande du Musée Royal d'Ethnologie. Bien qu'ils appartenaient à la collection du musée, ces artefacts n'avaient jamais été exposés publiquement.

» LIRE AUSSI - Musées: jusqu'où faut-il aller dans les restitutions?

Située dans le sud-ouest de l'Alaska, la région de Chugach a été habitée pendant des milliers d'années par le peuple Sugpiaq, également connu sous le nom de peuple Alutiiq. «Tout porte à croire que ces objets proviennent du pillage de tombes et non d'une fouille archéologique» réglementaire, a ajouté la Fondation dans un communiqué.

Les musées européens sont actuellement sous pression pour mettre en place des efforts consacrés à la restitution d'œuvres pillées ou obtenues de façon douteuse. L'Allemagne, qui s'est longtemps concentrée sur l'art pillé pendant la domination nazie d'Adolf Hitler, prend depuis peu conscience (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Archéologie: un pillage qui peut rapporter des petites fortunes 
Musées: jusqu'où faut-il aller dans les restitutions? 
Stéphane Martin: «L'Afrique ne peut pas être privée des témoignages de son passé» 
Des millions d'œuvres d'art volées sous l'occupation: le grand pillage nazi 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages