Musée des Beaux-Arts de Bordeaux : une saison britannique au temps du Brexit

L'idée initiale a germé chez Guillaume Faroult – conservateur en chef au Louvre, en charge des peintures françaises du XVIIIe siècle, des peintures britanniques et américaines – qui a découvert l'École de Bristol au hasard de pérégrinations en Angleterre. Bristol étant jumelée avec Bordeaux, il a judicieusement proposé au Musée des Beaux-Arts de Bordeaux d'en accueillir l'exposition – lequel en a d'emblée flairé le potentiel et saisi l'opportunité. Une aubaine pour Bordeaux comme pour Bristol Pour Bordeaux, la richesse foisonnante de cet ensemble d'œuvres pouvait rehausser le fonds britannique du musée des Beaux-Arts, le plus important des villes françaises de région.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles