Municipales : le troisième tour sera décisif à Marseille

Au lendemain du second tour des élections municipales, Marseille (Bouches-du-Rhône) se réveille dans le flou. Pour la première fois depuis 25 ans, c'est la gauche, associée aux écologistes, qui se classe en tête avec 38% des voies. Mais ici, l'élection se joue par secteur et pour l'heure, aucun camp n'a de majorité. La deuxième ville de France ne connaît pas encore son nouveau maire. "C'est bizarre, Marseille ne tourne pas comme ailleurs, alors !", s'interroge un passant. Pourtant, le 28 juin au soir, au QG du Printemps Marseillais, l'accueil était triomphal pour Michèle Rubirola, médecin écologiste de 63 ans. Elle est arrivée en tête des suffrages, mais n'a pas de majorité absolue en nombre de conseillers. "Le second tour a accouché d'une bouillabaisse marseillaise" Depuis Marseille, l'envoyé spécial Thierry Curtet fait le point sur ces élections rocambolesques : "Il faudra passer par un troisième tour des élections municipales, qui est incertain, car le second tour a accouché d'une bouillabaisse marseillaise. Il faut passer par un peu d'arithmétique : la gauche a emporté le second tour, mais elle n'obtient de 42 conseillers, et il faut 51 sièges pour la majorité absolue au conseil municipal de Marseille. La droite a obtenu 32 sièges, auxquels il faut ajouter trois sièges d'une liste dissidente."