Municipales : en soutien à la grève, Anne Hidalgo demande le report du débat sur BFMTV

Anne Hidalgo puis Agnès Buzyn ont annulé leur participation au débat télévisé du 24 juin en soutien aux salariés en grève de BFMTV et RMC.

Depuis ce mercredi 24 juin à minuit, les antennes du groupe NextRadioTV (les chaînes de télévision BFMTV, BFM Business et RMC Sport, la radio RMC…) sont perturbées par un mouvement social. En réaction au plan de départs de la direction d'Altice Médias, qui prévoit la suppression de 330 à 380 postes, soit jusqu'à 30% des effectifs ainsi que la réduction de 50% du nombre de pigistes, les salariés ont approuvé massivement la tenue d'une journée de grève. Entre 200 et 250 journalistes ont manifesté devant le siège du groupe Altice, mettant notamment en cause la direction de l'entreprise et son fondateur, le milliardaire Patrick Drahi. Les salariés réclament le renoncement à des licenciements en cas de nombre insuffisant de départs volontaires, l'annulation de la suppression des postes de précaires et une renégociation des rémunérations. Pour justifier les économies, la direction met en avant l'effondrement des recettes publicitaires.

Demande de report

Le hasard du calendrier donne à cette mobilisation une conséquence politique : Anne Hidalgo, maire de Paris candidate à sa réélection, a annoncé qu'elle renonçait à participer au débat avec Rachida Dati (LR) et Agnès Buzyn (LREM) devant être diffusé ce mercredi soir sur BFMTV et BFM Paris, émanation locale de la chaîne d'info en continu. "Je ne peux pas fermer les yeux sur la situation de ces salariés, et dans ces conditions, parce que le débat démocratique doit se dérouler dans des conditions sereines, je ne participerai pas au débat (...) et je demande à la chaîne de le reporter à demain

Lire la suite