Municipales: près de Lyon, la campagne "système D" des petits candidats 

1 / 2

"Nous avons besoin d'aide pour l'organisation des bureaux de vote": la mairie de Paris lance un appel aux volontaires

Sans parti et avec des financements réduits, Bertrand Marbach a quand même décidé de se lancer dans la campagne pour les élections municipales. Depuis le mois d'octobre, ce chef d'entreprise de Charbonnières-les-Bains a mis de côté son activité professionnelle pour se consacrer à la conquête de la mairie. Ses colistiers et lui doivent tout faire tout seul.

Un budget de 5000 euros

"Tout ce qui est création, c'est nous qui le faisons. C'est notre équipe qui fait le site internet, qui poste des publications Facebook, crée des documents. Ce que les gens d'un grand parti, qui peuvent avoir le soutien de leurs adhérents, n'ont pas besoin de faire", explique le candidat, qui bénéfice d'un budget de campagne de 5000 euros. 

A quelques kilomètres de là, Eric Bellot, proviseur de lycée et candidat à Neuville-sur-Saône, est lui aussi contraint de recourir au système D. Comme Benoît Marbach, il bénéfice d'un budget de 5000 euros environ.

"Notre budget principal, ça reste l'impression de nos documents. Le site ça nous coûte rien, la mairie nous prête les locaux puisque c'est pour la campagne et les petits fours, c'est nous", détaille le candidat. 

Des banquiers réticents

Trouver les financements pour une campagne quand on est un "petit candidat" est loin d'être simple. "Qui dit petit candidat dit quasi certitude de faire un petit score et de ne pas être remboursé d'une partie de ses frais de campagne", rappelle le journaliste Bertrand...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi