Municipales : des maires verts poussent partout en France

Pierre Hurmic (à droite aux côtés de Julien Bayou) a remporté la mairie de Bordeaux.

Qui c’est les plus forts ? Evidemment, c’est les Verts ! L’hymne de l’AS Saint-Etienne vaudrait presque résumé du second tour des élections municipales, ce dimanche 28 juin. De Lyon à Strasbourg, de Bordeaux à Tours, en passant par Besançon, Poitiers ou Colombes, une déferlante verte s’est confirmée lors de cette soirée électorale à mesure que tombaient les résultats. Et de parfaits inconnus écolos, pour la plupart élus avec le soutien d’autres partis de gauche, s’apprêtent à prendre les rênes de nombreuses grandes villes.

Bordeaux devient écolo après 73 ans à droite

A Lyon, l’écologiste Grégory Doucet, jamais élu auparavant, s’empare de la troisième ville de France avec une liste qui rassemble Europe Ecologie-Les Verts, le PS, le Parti communiste et La France insoumise. Les écolos sont également arrivés en tête dans l’élection à la métropole de Lyon, l’échelon qui concentre désormais l’essentiel des compétences.

Le coup de tonnerre est encore plus retentissant à Bordeaux, dont la mairie était à droite depuis... 73 ans. Pierre Hurmic, élu historique de l’opposition municipale, l’a emporté malgré l’alliance entre le maire sortant, successeur d’Alain Juppé, et le candidat de La République en marche, mais aussi en dépit du maintien de l’anticapitaliste Philippe Poutou au second tour.

A Marseille, c’est une militante écologiste aussi


Lire la suite