Municipales : les listes déposées, les alliances scellées

A Strasbourg, les écologistes sont arrivés en tête au premier tour des élections municipales, mais ils n’ont pas réussi à s’allier avec le PS mardi 2 juin. EELV sait que ce sera difficile de confirmer au second tour. La cité alsacienne est aussi une ville emblématique pour LREM, qui a fusionné mardi soir avec les Républicains. Incapable de gagner seul, le parti présidentiel espère sauver les meubles en passant des alliances, essentiellement avec des candidats de droite. Le cas Edouard Philippe Le PS tente de préserver Paris, Lille, Rennes ou Nantes. Nice, Saint-Etienne pour LR qui espère conserver aussi Bordeaux, Toulouse ou Marseille, où le jeu reste ouvert. Quant au Rassemblement national, seule une victoire de Louis Aliot à Perpignan permettra de masquer un bilan qui sera moins bon qu’en 2014. Au Havre, le Premier ministre est arrivé en tête au premier tour, talonné par le candidat communiste. Depuis, sa cote a grimpé. en cas de victoire, sa stature serait renforcée, compliquant le remaniement fortement envisagé par Emmanuel Macron.