Municipales : changement de cap politique pour de nombreuses villes

La victoire a été nette pour Louis Aliot, le nouveau maire de Perpignan (Pyrénées-Orientales), et sa joie contenue. Cadre du Rassemblement national, il revendique sa victoire comme il a fait campagne, sans étiquette. Avec 53% des suffrages au total. "Dans la gestion locale, pour s'occuper de la sécurité, de la propreté, ce n'est ni de droite ni de gauche, c'est de la proximité, du quotidien", affirme le nouveau maire. Passage à gauche pour Nancy et Tours Loin de la cité catalane, Nancy (Meurthe-et-Moselle) est passée à gauche. Une première depuis 1947. Le nouveau maire, Mathieu Klein, proche de Martine Aubry, avait refusé de rentrer au gouvernement d'Édouard Philippe. "Je sais qu'il n'y aura pas de temps mort, qu'il n'y aura pas d'état de grâce", explique-t-il. Parmi les villes qui passent également à gauche : Tours (Indre-et-Loire). Emmanuel Denis a su fédérer les forces de gauche avec une liste d'unions.