Municipales: Bayrou affirme que Macron voulait reporter le scrutin

Romain Herreros
Emmanuel Macron et François Bayrou à Pau le 13 janvier. 

POLITIQUE - Deux semaines plus tard, le maintien du premier tour des élections municipales malgré l’épidémie de coronavirus continue de susciter la polémique, alors que nombre d’assesseurs ont été testés positifs au Covid-19 et que plusieurs responsables politiques dénoncent un scandale a posteriori.

Dans Le Figaro ce lundi 30 mars, le président du MoDem François Bayrou entend remettre les choses dans leur contexte. Celui qui a l’oreille du président de la République affirme ainsi que l’option du report avait non seulement sa préférence, mais aussi celle d’Emmanuel Macron.

“Déni de démocratie”

“Dès lors qu’on devait fermer les écoles, puis les bars et les restaurants, il était évident pour moi que la conclusion logique et immédiate ne pouvait être que le report des élections. C’était précisément l’avis du président de la République”, explique le maire de Pau. Avant de pointer les pressions exercées sur l’exécutif: “les oppositions ont poussé de hauts cris en criant au déni de démocratie. Le consensus nécessaire est devenu impossible et la décision n’a pas été prise”.

Sans consensus politique sur le sujet, le locataire de l’Élysée ne pouvait obtenir l’union nationale qu’il appelait de ses voeux, même si celle-ci a depuis volé en éclats. Avant François Bayrou, plusieurs responsables politiques avaient accusé l’opposition (Les Républicains en tête) d’avoir incité l’exécutif à abandonner cette hypothèse. Des accusations qui avaient conduit le président LR du Sénat, Gérard Larcher, à s’expliquer sur sa position. 

À voir également sur Le HuffPost: Pendant la soirée des élections municipales, personne n’avait vraiment envie de parler du scrutin

LIRE AUSSI

Retrouvez cet article sur le Huffington Post