Municipales au Brésil: naufrage pour les candidats du président Jair Bolsonaro

Jeanne Bulant avec AFP
·2 min de lecture
Le président brésilien Jair Bolsonaro, le 19 octobre 2020 à Brasilia - EVARISTO SA © 2019 AFP
Le président brésilien Jair Bolsonaro, le 19 octobre 2020 à Brasilia - EVARISTO SA © 2019 AFP

Au Brésil, la popularité du président Bolsonaro n'est plus celle des débuts. C'est ce qu'ont révélé les résultats du premier tour des élections municipales, au cours desquelles presque tous les candidats qu'il soutenait ont échoué. Jair Bolsonaro a tenté de prendre ses distances ce lundi, après "le naufrage" des candidats pour lesquels il avait appelé à voter au premier tour de dimanche.

Bolsonaro, qui n'est plus affilié à aucun parti et avait été élu sur une image d'"antisystème" populiste, avait décidé de ne pas s'impliquer dans cette campagne aux enjeux surtout locaux. Mais la semaine dernière, il avait finalement choisi d'apporter son soutien à des candidats pour "éradiquer le communisme".

Seuls 20% de ses candidats élus

Or sur les 13 protégés du président candidats à une mairie, seuls deux ont été élus et deux autres se sont qualifiés pour le second tour, prévu le 29 novembre. Sur les 45 conseillers municipaux que Jair Bolsonaro a soutenus, seuls neuf ont été élus, soit 20%. Les partis traditionnels du centre et de la droite sortent renforcés du 1er tour du scrutin, selon les commentateurs politiques.

Le revers le plus cinglant a été enregistré par le candidat bolsonariste à la mairie de São Paulo, le présentateur de télévision Celso Russomanno. Il est arrivé à une piteuse 4e place avec 10,5% des suffrages et c'est Guilherme Boulos, du Parti Socialisme et Liberté (PSOL), qui s'est qualifié pour le 2e tour (20,2%), une heureuse surprise pour la gauche.

À Rio de Janeiro, un autre protégé de Bolsonaro, l'impopulaire maire sortant Marcelo Crivella (Republicanos, droite), ex-pasteur néo-pentecôtiste, s'est qualifié pour le deuxième tour, mais avec 21,9% des voix, ce qui lui laisse peu de chances.

Par ailleurs, plus de 70 candidats avaient eux décidé d'ajouter spontanément le nom de Bolsonaro à leur liste, dans l'espoir de gagner quelques voix, comme le rapporte ce lundi l'agence Bloomberg. Mais la popularité du président d'extrême droite étant largement entamée, aucun de ces candidats n'a obtenu suffisamment de voix pour être élu.

Article original publié sur BFMTV.com