Les municipales ont-elles accéléré l'épidémie de Covid-19 en France ?

·2 min de lecture

Neuf mois après le premier tour des élections municipales, qui s’est tenu le 15 mars, soit deux jours avant le début du confinement, il est toujours difficile de conclure sur l’impact sanitaire de son maintien. Les études parues à ce sujet apportent des conclusions différentes.

Pour les premiers, annuler le premier tour du scrutin des élections municipales aurait permis de sauver quelques milliers de vies, et de nombreuses l’ont été grâce au taux d'abstention record de 55,34%. Pour les autres, à l'inverse, les votes du 15 mars n’ont pas eu d’effet significatif sur la propagation de l’épidémie en France. Les élections municipales ont-elles accéléré l’épidémie de Covid-19 dans l'Hexagone ? Neuf mois plus tard, les scientifiques peinent encore à trouver un point d’accord sur le sujet. près d’un an après, son maintien paraît pourtant aberrant. Petit retour en arrière pour comprendre le débat qui divise encore certains scientifiques.Ce qui ne fait pas débatNous sommes le 14 mars 2020. La France vient de passer au stade 3 de l’épidémie : on compte une centaine de décès liés à la Covid-19. La fermeture des établissements scolaires est déjà effective. Le premier ministre, Edouard Philippe, annonce en fin de journée que les bars, restaurants, discothèques et tout autres lieux recevant du public doivent fermer leurs portes dès minuit. Mais que le premier tour des élections municipales aura bien lieu le lendemain, dimanche 15 mars, "comme prévu".Comment connaître l’impact...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Covid-19 en 2021 : "Une troisième vague n’est pas inéluctable"Covid-19 : des plus aux moins sévères, les consignes fixées pour les fêtes dans le mondeCovid-19 : quelques jours avant Noël, la ruée sur les tests a débutéHéroïque ou conformiste : avant le Covid-19, les aventures culturelles du masqueEt si le Covid-19 avait tué en priorité les jeunes... et épargné les vieux ?