Municipales: Vassal accusée d'avoir diffusé les documents médicaux d'une concurrente

Romain Herreros
Martine Vassal, candidate LR à Marseille, en conférence de presse le 13 février. 

POLITIQUE - Tous les coups sont-ils permis pour le fauteuil de maire de Marseille? Non, répond Michèle Rubirola, candidate du Printemps marseillais dans la cité phocéenne, liste d’union de la gauche aux élections municipales. Dans un communiqué diffusé ce mercredi 11 mars, l’intéressée indique porter plainte contre X pour “atteinte à la vie privée et violation du secret médical”. 

Dans le viseur de Michèle Rubirola, la candidate LR Martine Vassal. L’héritière désignée de Jean-Claude Gaudin est accusée d’avoir indûment eu accès à des dossiers médicaux de sa concurrente de gauche et de les avoir transmis à la presse dans le but de la torpiller.

Lundi 2 mars, le site du magazine Capital affirmait que la tête de liste du Printemps marseillais faisait campagne tout en étant en arrêt maladie. Ce qui est parfaitement illégal, mais que la candidate a démenti dans une interview. Rebelote une semaine plus tard. Nouveaux documents à l’appui, Capital maintient ses révélations dans un second article, que Michèle Rubirola conteste encore une fois. Entre temps, la députée LR Valérie Boyer, porte-parole de Martine Vassal, demandait au préfet de lancer des investigations “afin d’obtenir des éclaircissements et précisions” au sujet de la tête de liste du Printemps marseillais. 

 

“Oui, j’ai été en arrêt maladie”

Michèle Rubirola a donc voulu clore une bonne fois pour toutes cette polémique. Dans le communiqué diffusé ce mercredi, elle répète être en conformité avec le droit et avec son employeur, la Caisse Primaire d’Assurance Maladie de Marseille (CPAM). “Oui, j’ai été en arrêt maladie à la fin de l’année 2019 suite à la pose d’une prothèse totale de mon genou gauche”, écrit-elle, indiquant...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post