Municipales 2020: la France insoumise, le "chiffon rouge" indispensable aux Verts?

Anthony Berthelier
Jean-Luc Mélenchon

POLITIQUE - Comme en 2017 pour la dernière élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon se dédouble. À en croire certains barons de droite préoccupés par leur “barrage à l’écologie”, le patron des députés Insoumis est candidat aux élections municipales un peu partout. À Marseille, Martine Vassal ne cesse de clamer son intention de débattre avec lui. À Toulouse, Jean-Luc Moudenc l’accuse de tirer les ficelles de la liste Archipel citoyen quand à Lyon “le péril rouge-vert” est sur toutes les lèvres des forces conservatrices. 

Le point commun de toutes ces villes? La gauche, rangée derrière une tête de liste estampillée EELV, est en bonne position pour l’emporter. Dans la ville rose par exemple, Antoine Maurice emmène avec lui 4 responsables de la France insoumise sur les 53 candidats inscrits dans une position éligible. 

Une présence somme toute modeste qui ne semble pas de nature à reconstituer l’Armée rouge au pied du Capitole. Mais cela n’empêche pas le maire sortant Les Républicains d’accuser le candidat écolo de livrer Toulouse à “un assemblage anarchique derrière lequel se dissimulent des forces obscures.” Forces obscures, elles-mêmes menées par “les mélenchonistes et l’ultragauche.”

Cet argumentaire inquiétant -mais non moins caricatural- se déploie dans plusieurs villes de France toutes proches de tomber dans l’escarcelle verte. Au point de réellement affaiblir les candidats favoris ? De quoi faire de la France insoumise le boulet de la gauche ? L’union fait la force, répondent au contraire les responsables écolos... qui s’attachent toutefois à relativiser la présence insoumise sur leurs listes.

Les chars vénézuéliens s’invitent sur les marchés 

Sans doute parce que “le chiffon rouge” agité par la droite trouve un certain écho sur le terrain. Il faut dire que certains n’y vont pas de main morte. Dans La Provence, Martine Vassal, successeur désignée de Jean-Claude Gaudin, va par exemple jusqu’à dire que “l’ultra-gauche crée un putsch à la cubaine” à Marseille.

Le...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post