Municipales : après leur percée du 15 mars, les écologistes vont-ils confirmer leurs bons scores au second tour ?

franceinfo

Leurs excellents résultats au premier tour, dimanche 15 mars, avaient suscité l'enthousiasme dans les rangs d'Europe Ecologie-Les Verts. Une victoire quasiment assurée à Grenoble, fief conquis en 2014, et surtout la possibilité inédite de s'emparer de grandes métropoles comme Lyon, Strasbourg ou Bordeaux. Mais les tractations d'entre-deux-tours sont passées par là, avec leur lot d'alliances surprenantes et de guerres d'ego. Après le dépôt des listes pour le second tour, qui s'est achevé mardi 2 juin, le triomphe promis aux écologistes pourrait, à y regarder de plus près, s'avérer moins flamboyant que prévu.

Dans plusieurs villes, ce sont les alliances nouées entre Les Républicains et La République en marche qui obèrent les chances des écologistes. Ce qui a fait dire à Julien Bayou, le secrétaire national d'Europe Ecologie-Les Verts, qu'il existait "un front anti-écolo".

LR et LREM organisent une coalition anti-climat pour bloquer les écologistes à Lyon et Bordeaux.

Julien Bayou

sur Sud Radio

Une conséquence, aussi, du refus d'EELV d'envisager des alliances avec le parti présidentiel pour battre la droite comme cela aurait pu se produire à Aix-en-Provence.

Comment savoir, enfin, si la crise du coronavirus ne va pas briser la lancée des écologistes ? Les deux tours de scrutin, normalement espacés d'une semaine, vont être séparés de trois mois ô combien particuliers. "Traditionnellement, le second tour n'inverse pas la (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi