Municipales 2020: alliances et rapprochements se multiplient à l'approche du second tour

Les candidats et candidates au second tour des municipales ont jusqu’à ce mardi soir pour déposer leurs listes. A moins d’un mois du scrutin reporté au 28 juin à cause du coronavirus, les tentatives de rapprochement et d’alliances se sont multipliées ces derniers jours, avec plus ou moins de succès. Les prochaines heures seront déterminantes dans plusieurs villes.

Tout semblait pouvoir basculer il y a encore quelques jours mais il n’y aura finalement pas de grand chambardement à Paris. Sauf surprise de dernière minute. 

Ce mardi matin a été annoncé l'accord attendu de coalition entre la liste Paris en commun de la maire socialiste Anne Hidalgo et les Verts emmenés par David Belliard. « On a trouvé un accord sur les trois thèmes sur lesquels on travaillait depuis plusieurs jours: le projet, la gouvernance et les listes », a indiqué à l'AFP le directeur de campagne de la maire, Emmanuel Grégoire. Cet accord place plus que jamais Anne Hidalgo en position de grande favorite du second tour face notamment à Rachida Dati (LR). La maire sortante était arrivée en tête du premier avec 29,3% des voix alors que David Belliard quatrième, avait fait 10,8%.

Agnès Buzyn reste la candidate d’En Marche. Cédric Villani est toujours dissident. Rachida Dati continue de jouer en solo pour les Républicains.

Après le coup de poignard de Gérard Collomb à Lyon et son alliance avec la droite, le camp d’Emmanuel Macron peut au moins espérer finir bien placé à Bordeaux. Un rapprochement entre le maire LR sortant Nicolas Florian et le candidat LREM Thomas Cazenave est en discussion.

A gauche, tous les regards sont tournés vers Marseille. La gauche s’est rassemblée et elle a une chance de prendre la deuxième ville de France face à la LR Martine Vassal.

Au Rassemblement national, la conquête de Perpignan est dans toutes les têtes. Louis Aliot a recueilli plus de 35% des voix de cette ville de 100 000 habitants au premier tour mais il devra faire face à un front républicain, formé par ses adversaires.