Municipales à Saint-Nazaire : le gel de l'investiture du maire sortant divise le PS

C'est une histoire qui remue le Parti socialiste en plein cœur de l'été. Samedi, le premier secrétaire Olivier Faure a confirmé le gel de l'investiture du maire sortant de Saint-Nazaire, David Samzun, pour les municipales de mars 2020. En cause, une grave crise après la démission de trois adjointes au maire faisant suite à des accusations de violences sexuelles contre un autre élu, l'adjoint aux finances Martin Arnout. "A ce stade, il est acté qu'il n'y a pas de possibilité d'accorder l'investiture socialiste au maire sortant", a déclaré Olivier Faure dans un entretien à Presse-Océan, samedi.

Lire aussi - Au PS, Bernard Cazeneuve se pose déjà en recours

Mais cette décision n'a pas été du goût de la section locale du PS qui a apporté "son soutien total" au maire. Une position partagée par Philippe Grosvalet, président socialiste du conseil départemental de Loire-Atlantique. "Je souhaite ardemment que la direction nationale du Parti socialiste donne, dans les meilleurs délais, son investiture au maire de Saint-Nazaire, ville emblématique dans l'histoire du socialisme en France. Si telle n'était pas, au final, la décision des instances nationales du PS, je considérerais cette décision comme une trahison vis-à-vis de nos valeurs, de nos principes et de notre héritage politique", a-t-il affirmé lundi soir à Ouest-France.

Un conseil municipal divisé

A l'origine de l'affaire, une conseillère municipale Gaëlle Betlamini Da Silva qui confie à des collègues avoir été abusée sexuellement...


Lire la suite sur LeJDD