Municipales à Paris: Mahjoubi "disponible" pour prendre la suite de Griveaux

Mounir Mahjoubi à l'Assemblée nationale, le 11 février 2020

Paris (AFP) - Le député LREM de Paris Mounir Mahjoubi s'est dit "disponible" pour remplacer Benjamin Griveaux, qui s'est retiré vendredi de la campagne des municipales parisiennes, tout en jugeant "très important de prendre le temps" de la réflexion avant d'arrêter le choix.

"J'ai toujours dit (...) que j'étais disponible", a déclaré M. Mahjoubi vendredi après-midi à l'issue d'une réunion de crise au quartier général de La République en marche à Paris.

"Beaucoup de "marcheurs" me demandent d'être ce candidat. Mais le candidat ne sera pas que celui d'En marche, il sera aussi celui du rassemblement", a estimé l'ancien secrétaire d'Etat au Numérique.

"Si on pense collectivement que ce sera moi, alors on y va, on avance et on va gagner", a encore lancé celui qui fut candidat à l'investiture du parti présidentiel pour les élections à Paris, avant de se rallier à M. Griveaux.

Alors que les conciliabules se succèdent après le renoncement vendredi matin de M. Griveaux, M. Mahjoubi a estimé qu'il était "très important de prendre le temps" pour trouver un successeur à l'ancien porte-parole du gouvernement, qui a jeté l'éponge après la diffusion d'une vidéo intime.

Parmi les noms qui sont cités, "celui d'Agnès Buzyn revient, mais on ne sait pas si elle en a envie", indique à l'AFP un des participants, sous couvert d'anonymat. "C'est une personnalité intéressante" et "personne n'est contre", précise celui-ci.

Les autres noms proposés sont ceux de "Jean-Louis Borloo, Marlène Schiappa, mais elle a dit qu'elle n'était pas intéressée", et ceux d'élus locaux comme "Delphine Bürkli (maire du IXe arrondissement, ex-LR), Florence Berthout (maire du Ve, ex-LR), et du député Agir Pierre-Yves Bournazel", ancien candidat à la mairie de Paris, qui avait rejoint Benjamin Griveaux en janvier.

"La journée d'aujourd'hui a été très digne, on a beaucoup échangé autour de Benjamin", a expliqué M. Mahjoubi. "On discute ensemble, on essaie de se mettre d'accord. Ce qui est important pour nous c'est que cette campagne continue".

Selon des sources concordantes, le choix du nouveau candidat du parti présidentiel devrait être arrêté sous 48 heures.