Municipales à Paris : l'interview café du commerce de Rachida Dati

Avec une telle adversaire, Anne Hidalgo peut dormir tranquille. Rachida Dati, candidate récemment investie par Les Républicains (LR) pour briguer la succession de la socialiste lors des élections municipales de 2020, était invitée ce jeudi 14 novembre sur Franceinfo : qu'il s'agisse de logement, de transports ou de sécurité, trois thèmes majeurs pour la métropole, l'actuelle maire du VIIe arrondissement de Paris a surtout fait preuve de son impréparation.

Sécurité : des chiffres exagérés

Dans son style à la hussarde, l'ancienne garde des Sceaux ne s'embarrasse pas de nuances : "On a l'impression qu'on revient à New York des années 80, l'espace public est devenu de plus en plus dangereux", attaque-t-elle bille en tête au sujet de la sécurité dans la capitale, sans être plus dérangée que cela par la différence entre les 107 homicides recensés en Ile-de-France en 2018 et les milliers que l'on comptait il y a quarante ans outre-Atlantique.

"Vous savez qu'en un an, il y a eu une explosion des cambriolages. Ça a augmenté de plus de 25%, pour pas dire 30%", continue Rachida Dati. Mais si c'est 30%, pourquoi ne pas le dire ? En réalité, comme l'a montré Le Parisien à partir des données du ministère de l'Intérieur, la hausse, bien réelle, s'établit à 16 %. Mais tant pis, l'avocate enchaîne : "Sur les atteintes sexuelles, on est à plus de 30%", explique-t-elle, passant sous silence le fait que l'explosion du nombre de plaintes, consécutive au mouvement #MeToo, paraît plus le résultat,

Lire la suite