Municipales à Paris: Griveaux espère que Villani sera "loyal"

Jade Toussay

POLITIQUE - Cédric Villani fera-t-il vraiment dissidence en se présentant contre Benjamin Griveaux dans la course pour la mairie de Paris? Alors que le député de l’Essonne a repoussé sa décision à septembre, le candidat officiel de LREM veut se montrer confiant. 

“Cédric a dit qu’il serait loyal, je n’ai pas de raison de douter de sa parole”, affirme Benjamin Griveaux dans une interview au Journal du Dimanche parue ce dimanche 18 août. “On a plus de points communs que de divergences: avoir soutenu le Président, avoir été choisis par LREM pour les législatives… C’est grâce à LREM que nous sommes députés”. 

Et d’ajouter: “J’espère le convaincre que sa place est dans sa famille et qu’il pourra porter toutes ses idées avec nous”. 

Des propos qui rappellent ceux de son premier meeting après son investiture officielle par En Marche. Lors de cet évènement, qui intervenait quelques jours après la divulgation dans Le Point de propos insultants tenus en privés contre ses adversaires et qu’il n’a pas démentis, Benjamin Griveaux avait déjà affirmé que la place de ses anciens rivaux à l’investiture LREM à Paris était à ses côtés. 

Griveaux tend la main à Bournazel d’Agir

Revenant sur son difficile début de campagne auprès du JDD, il a par ailleurs répondu que “la seule chose qui intéresse les Parisiens, c’est ce que vous proposez et comment leur ville peut être gérée plus efficacement.” 

Il a aussi estimé que son rival d’Agir Pierre-Yves Bournazel “incarne depuis des années une opposition constructive face à Anne Hidalgo” et souhaité avec lui “une démarche commune”. Selon Le Point, il aurait dit à propos de l’élu de centre-droit: “Qui tient Bournazel par les c... depuis le début, si ce n’est moi ?”. 

À propos de Cédric Villani, Benjamin Grieaux avait estimé que le député mathématicien n’avait “pas les épaules pour encaisser une campagne de cette nature” et qu’il se ferait “désosser”.

Cédric Villani n’a jamais réagi aux propos prêtés à Benjamin Griveaux. Au lendemain de sa défaite,

Retrouvez cet article sur le Huffington Post