Municipales à Lille : Martine Aubry perdra-t-elle le beffroi?

"Elle n'avait pas prévu de venir" ; "ils ne voulaient pas partir avec nous". Voilà résumé, par chacun des camps, le non-accord lillois entre les écologistes et les socialistes au second tour des municipales. Au premier, Martine Aubry, qui brigue un quatrième mandat, n'a devancé que de cinq points Stéphane Baly, son conseiller municipal délégué aux énergies ; la candidate LREM Violette Spillebout terminant troisième. Depuis, un sondage Ifop est venu confirmer que le scrutin sera serré et que la maire sortante est bel et bien en danger dans son fief : seuls deux points d'intentions de vote séparent les favoris. Martine Aubry ne cache pas son inquiétude qu'elle lie avant tout à la crise du coronavirus.

Lire aussi - Martine Aubry au JDD : "L'abstention, c'est ça qui m'inquiète"

 "Je suis remarquablement bien reçue par les gens, mais depuis dix jours, il y a une panique irrationnelle autour du retour du virus de la Chine. On l'entend toute la journée. Il y aura de nouveau un fort taux d'abstention, c'est ça qui m'inquiète", explique-t-elle au JDD, attablée à une terrasse du quartier des Bois-Blancs. 

Une rupture consommée

Car Martine Aubry compte sur les voix des quartiers populaires pour plier le match politique. Or, au premier tour, le 15 mars, l'abstention a atteint 67,4%, contre 52,56% en 2014. "Elle fait voter les abstentionnistes pour elle!", critique en retour le Vert Dominique Plancke, directeur de campagne de Stéphane Baly. Depuis qu'ils ont acté qu'ils ne partiraient pas ...


Lire la suite sur LeJDD