Municipales à Calais: le recours du RN rejeté, la réélection de Natacha Bouchart confirmée

Philippine Potentier avec Florian Bouhot
·2 min de lecture
Natacha Bouchart, maire LR de Calais, le 22 mars 2017 durant une conférence de presse.  - Philippe Huguen - AFP
Natacha Bouchart, maire LR de Calais, le 22 mars 2017 durant une conférence de presse. - Philippe Huguen - AFP

À Calais, les élections municipales ont joué les prolongations jusqu'au mois de décembre. Ce mardi, le tribunal administratif de Lille a sifflé la fin de la partie, a appris BFM Grand Littoral, confirmant une information de La Voix du Nord. Le juge a rejeté le recours déposé par Marc de Fleurian, qui demandait l'annulation du scrutin, et donc scellé la victoire de Natacha Bouchart.

La candidate Les Républicains (LR) avait été créditée de 50,24% des suffrages lors du premier tour, le 15 mars, et avait donc été élue. Son rival du Rassemblement National (RN), qui avait recueilli 18% des voix, estimait que cette élection était entachée d'irrégularités.

La maire de Calais a réagi ce mardi par l'intermédiaire d'un communiqué. "Après des mois de travail et d’échanges avec mon avocat pour rétablir la vérité, je me félicite que le tribunal ait reconnu le caractère complètement fallacieux des griefs soulevés par mes adversaires et, faute de preuves, jetés comme autant de bouteilles à la mer dans un seul but: celui de nuire au maire de Calais", a-t-elle écrit.

Le recours de Guy Delplanque également rejeté

Marc de Fleurian a annoncé prendre acte de la décision du tribunal tout en assurant ressentir cette décision comme "une injustice".

Il dénonçait pêle-mêle le droit de préemption utilisé par la Ville pour mettre la main sur un local de campagne, des publications sur les réseaux sociaux ou encore la non-accessibilité à certains bureaux de vote.

Le candidat soutenu par Marine Le Pen pointait également le manque de transparence des poubelles dans les bureaux de vote, des irrégularités dans les votes par procuration ou encore un taux de participation trop faible.

Le tribunal administratif de Lille a également rejeté ce mardi le recours déposé par Guy Delplanque, qui figurait sur la liste de Laurent Roussel (Rassemblement des citoyens calaisiens). Ce dernier dénonçait des irrégularités dans des bureaux de vote et estimait - dans une requête envoyée hors délai - que le scrutin avait été perturbé par la crise sanitaire. Insatisfait de la décision du tribunal administratif de Lille, il entend saisir le Conseil d'État.

Article original publié sur BFMTV.com