«Une multiplication par cinq de notre facture d'électricité» : le cri d'alarme des entreprises

La Première ministre Elisabeth Borne a récemment appelé les entreprises à faire preuve de "sobriété " dans leur consommation énergétique afin de se prémunir d'un éventuel défaut d'approvisionnement en gaz et en électricité. Toutefois, certaines d'entre elles n'ont pas le choix et leur activité nécessite une forte consommation.

Or, dans le contexte actuel, les prix flambent pour ces sociétés. "On constate en moyenne pour les entreprises, entre 2022 et 2023, une multiplication par trois, quatre ou cinq de notre facture d'électricité ", assure Frank Roubanovitch, invité de Romain Desarbres dans Europe Midi ce vendredi .

Un bouclier tarifaire insuffisant

"Je vous donne quelques exemples : une grande entreprise de pharmacie va devoir arrêter de produire du paracétamol et de l'ibuprofène cet hiver. Des entreprises de papier d'emballage prévoient de fermer leurs usines pendant au minimum six mois", illustre-t-il, tout en soulignant également le cas des entreprises de BTP, particulièrement demandeuses en énergie.

>> LIRE AUSSIÉnergie : le gouvernement évalue à 24 milliards d'euros le coût du «bouclier tarifaire»

"Sans compter les conséquences avec des pénuries massives sur toutes les chaînes en aval, l'arrêt des chantiers de travaux publics, la fermeture des piscines", énumère-t-il. Selon, lui, le bouclier tarifaire mis en place par l'État ne suffit pas. "On se croit protégé avec le bouclier tarifaire mais les distributeurs d'eau, les producteurs de l'agroalimentaire, de...


Lire la suite sur Europe1