"Le muguet ne vend pas son âme" : l'odeur de la traditionnelle fleur du 1er-Mai reste un mystère pour les parfumeurs

Sophie Auvigne
·1 min de lecture

Le muguet est omniprésent en ce 1er-Mai et fascine depuis toujours les plus grands parfumeurs, comme Christian Dior qui a créé, dans les années 1950, "Diorissimo" au muguet. Guerlain de son côté dévoile samedi et comme chaque année un nouveau parfum au muguet, mais en réalité, dans tous ses flacons il n'y a pas un seul brin.

Les parfumeurs ont une expression pour le muguet, ils parlent d'une fleur muette. Il est impossible d'emprisonner son odeur et ce n'est pas faute d'avoir tenté, comme l'explique Thierry Wasser. Il est "le nez" de Guerlain depuis 2008 : "On essaye de la distiller et de faire toute sorte de manipulation, on ne peut pas en extraire quoi que ce soit. J'ai l'habitude de dire que le muguet ne vend pas son âme."

De nouvelles techniques

La chimie prend alors le relais. Chez Guerlain, Jacques, le fondateur, a commencé le premier dans les années 1900. "Il y a eu des notes qui rappelaient le muguet comme un truc avec un nom improbable qui s'appelait l'hydroxycitronellal que Jacques Guerlain a senti et ça lui a évoqué le muguet, explique Thierry Wasser. J'ai de nouvelles couleurs et de nouvelles textures qu'il n'avait pas."

"Mon muguet est assez végétal, il a des notes vertes un petit peu de feuilles froissées qui vont très bien dans l'ambiance de sous-bois d'un muguet."

Thierry Wasser

à franceinfo

Malgré tout, les parfumeurs ne désespèrent pas de faire parler le muguet. Les techniques ont déjà évolué, comme l'explique l'historienne Elisabeth de Feydeau, auteure du (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi