MSF et SOS Méditerranée mettent un terme aux activités de l'Aquarius

Libération.fr
Le navire humanitaire Aquarius, affrété par l'ONG Médecins sans frontières (MSF), quittant le port de Marseille, le 1er août 2018

Le navire humanitaire, qui a permis le sauvetage de plusieurs milliers de migrants en mer Méditerranée, est amarré à Marseille depuis octobre dans l'attente d'un pavillon.

Médecins sans frontières et SOS Méditerranée ont annoncé ce jeudi «mettre un terme» aux opérations de sauvetage de leur navire humanitaire Aquarius, devenu le symbole de la crise politique autour de l’accueil des migrants et privé de pavillon depuis deux mois.

«Renoncer à l’Aquarius a été une décision extrêmement difficile à prendre», déclare dans un communiqué Frédéric Penard, directeur des opérations de SOS Méditerranée, en déplorant «les attaques incessantes dont le navire et ses équipes ont fait l’objet».

Mais l’ONG basée à Marseille «explore déjà activement les options pour un nouveau navire et un nouveau pavillon», et «étudie sérieusement toutes les propositions d’armateurs qui lui permettraient de poursuivre sa mission de sauvetage».«Nous refusons de rester les bras croisés sur le rivage alors que des gens continuent de mourir en mer», assure Frédéric Penard. «C’est un jour sombre», a pour sa part déploré dans un communiqué distinct Nelke Mander, directrice générale de MSF, pour qui «la fin de nos opérations à bord de l’Aquarius signifie davantage de morts en mer».

L’Aquarius, qui mène des opérations de sauvetage au large de la Libye depuis 2016, est amarré à Marseille depuis début octobre dans l’attente d’un pavillon lui permettant de naviguer après le retrait de ceux de Gibraltar puis du Panama. Fin novembre, la justice italienne avait demandé le placement sous séquestre du navire pour une affaire de traitement illégal de déchets. Des accusations «disproportionnées et infondées» pour SOS Méditerranée qui a déploré «dix-huit mois de criminalisation, de décrédibilisation et de diffamation contre les ONG de recherche et de sauvetage» ayant pour résultat d’encore «davantage fragiliser les capacités de sauvetage en mer».

Depuis le début de ses opérations, l’Aquarius a porté assistance à (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

L’Intérieur prépare sous haute tension «l’acte IV» des «gilets jaunes»
A Mantes-la-Jolie, des dizaines de jeunes agenouillés mains sur la tête
Face à la crise des «gilets jaunes», l’avenir de Philippe à Matignon en question
«Gilets jaunes» : Philippe annonce 89000 membres des forces de l'ordre mobilisés samedi
Dans les lycées, le grand tohu-bahut