Mozambique: reprise des travaux sur le site gazier du Français Total

·1 min de lecture

L’insécurité persiste dans le nord-est du Mozambique où le groupe français des hydrocarbures Total a annoncé mercredi la reprise des travaux de construction sur le site gazier qui devrait être opérationnel en 2024. Le même jour, des jihadistes présumés ont attaqué la ville de Palma.

Après avoir retiré début janvier son personnel du site d’Afungi, dans la zone du méga-projet gazier mozambicain menacé par des attaques des islamistes, le groupe français Total a reçu les assurances des autorités mozambicaines que la sécurité allait être renforcée. Maputo compte notamment sur un appui de l’Union européenne et de la France pour enrayer le péril islamiste.

Avec ses troupes stationnées dans l’océan Indien, la France compte participer à la formation de l’armée mozambicaine afin de sécuriser une zone qui présenter beaucoup d’intérêts pour le Mozambique, pour les différentes multinationales – Total à leur tête – engagées dans un projet de 20 milliards de dollars. Beaucoup d’intérêts également pour l'Europe qui cherche à diversifier ses sources d'approvisionnement en gaz.

Les islamistes mozambicains toujours présents

Avec l’attaque de la ville de Palma ce mercredi, les islamistes qui se font appeler « al-Shabab » veulent montrer qu’ils n’ont pas dit leur dernier mot, mais le gouvernement mozambicain se dit déterminé à sécuriser une province du Cabo Delgado qui représente de futures rentrées financières immenses.

Pour ne pas ternir son image, Total ne veut pas soutenir les sociétés de sécurité privées déjà présentes dans le nord du Mozambique.