Le Mozambique réduit ses émissions de CO2 et reçoit des fonds de la Banque mondiale

·2 min de lecture

Le Mozambique est le premier pays à recevoir un versement de la Banque mondiale pour avoir réduit ses émissions de CO2 en luttant contre la déforestation. Plus de 5 millions d’euros ont été débloqués du Fonds carbone hébergé par l’institution financière internationale, en échange de crédits carbone, grâce aux résultats mesurés depuis 2019.

Avec notre correspondante à Johannesbourg, Claire Bargelès

Les forêts jouent un rôle crucial dans la lutte contre le changement climatique grâce à leur capacité à absorber le dioxyde de carbone. La Banque mondiale espère ainsi, grâce à ces incitations financières, encourager leur préservation, sans parvenir toutefois à convaincre tout le monde.

D’après un calcul de la Banque mondiale, il a été établi que le Mozambique a réduit ses émissions de dioxyde de carbone à hauteur d’un million de tonnes depuis 2019, grâce à des projets de protection des forêts de la province de Zambézie (Zambézia, en portugais), au centre du pays.

Deuxième versement possible de 40 millions d'euros

Les forêts couvrent près de la moitié du pays mais depuis les années 1970, une surface de la taille du Portugal a disparu, notamment à cause de l’expansion agricole. Grâce à un accord signé il y a deux ans avec la Banque mondiale, un premier versement de 5,5 millions d’euros a ainsi été débloqué. Une somme qui doit profiter pour plus des trois quarts aux communautés de la région.

Si le pays continue sur sa lancée et parvient d’ici 2024 à réduire ses émissions à hauteur de 10 millions de tonnes, cet accord prévoit le versement de plus de 40 millions d’euros du Fonds carbone.

À lire aussi: Mozambique (Série 1/2): la lutte contre la déforestation de la réserve de Gilé

Si le Mozambique est le premier pays à recevoir un tel versement dans ce cadre, sur le continent, la RDC, Madagascar ou encore la République du Congo ont également signé des accords similaires.

Le dispositif est cependant vivement critiqué par des chercheurs et des écologistes qui dénoncent le manque d’efficacité du système, et surtout le peu de concertation avec les populations locales.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles