Mozambique: des jihadistes ont pris la ville de Palma, dans le nord-est du pays

·3 min de lecture

La ville portuaire de Palma, dans le nord-est du pays, a fini par tomber samedi aux mains de combattants jihadistes ayant fait allégeance au groupe Etat islamique, après plusieurs jours de combat. Une attaque surprise avait été lancée mercredi, faisant fuir des centaines de personnes. Le groupe Total a annoncé samedi suspendre ses opérations dans la zone.

Palma est désormais coupée du monde. Des sources sécuritaires citées par l'AFP reconnaissent que la ville est bel et bien tombée aux mains des commandos jihadistes qui sont soudainement passés à l'attaque mercredi, après des semaines d'accalmie.

Les témoins parlent de nombreux morts, de personnes décapitées et d'une ville réduite en cendre. Pour autant, aucun bilan ne peut être établi pour le moment. La ville de Palma ne répond plus. L'opérateur Vodacom a confirmé la coupure des télécommunications sans en dévoiler la source. L'essentiel des informations provient des gens qui sont parvenus à fuir.

Une cheffe d'entreprise, en déplacement dans la ville de Pemba beaucoup plus au sud, a confié à notre correspondant à Johannesburg Romain Chanson être sans nouvelle de ses 120 salariés depuis le début de l'attaque mercredi après-midi. « Presque tout a été détruit et beaucoup de gens sont morts », explique le salarié du site gazier piloté par la société Total, situé à dix kilomètres de là.

Ces témoins racontent trois jours de terreur, face à la violence et l'ampleur de l'attaque. Dès mercredi, des centaines de personnes ont fui dans la forêt, d'autres se sont réfugiés dans l'enceinte du site gazier ou dans un hôtel avoisinant, l'hôtel Amarula. Des opérations d'évacuation ont ensuite été organisées par camions et par bateaux, mais beaucoup d'évacués sont tombés dans des embuscades meurtrières, raconte l'agence Reuters.

Total suspend ses opérations

Pris en étau entre des deux villes, l'immense projet de gaz naturel liquéfié auquel participe l'entreprise Total. Le groupe français a annoncé samedi la suspension de ses opérations. Total « ne déplore pas de victimes parmi le personnel employé sur le site du projet » à Afungi, à dix kilomètres de Palma, mais va y « réduire au strict minimum le personnel » et « la remobilisation du projet envisagé en début de semaine est bien sûr suspendue ». L’entreprise venait en effet d'annoncer la reprise des travaux après plusieurs mois d'arrêt suite à la menace terroriste.

Palma n'est pas la seule ville du Mozambique à être aux mains des terroristes. La cité portuaire de Mocímboa da Praia, à 80km plus au sud était tombée en août 2020. Cela fait trois ans maintenant que le groupe baptisé Al-Shabab - comme en Somalie - mène des attaques dans la province musulmane de Cabo Delgado, une province riche en gaz naturel à la frontière avec la Tanzanie. L'attaque de Palma est pour l'instant la plus destructrice et la plus spectaculaire.

À lire aussi : Washington classe les shebabs du Mozambique dans les «groupes terroristes» affiliés à l'EI