Moyen-Orient. Polémique machiste sur le genre d'une gardienne de but iranienne

·1 min de lecture

Les soupçons autour du genre de la footballeuse Zohreh Koudaei illustrent les mentalités empreintes d’une masculinité misogyne bien ancrée au Moyen-Orient déplorent ceux qui dénoncent les moqueries dont la portière a été la cible.

“Zohreh Koudaei me ressemble”, peut-on lire sous la plume d’une journaliste égyptienne spécialisée dans les sujets liés aux femmes sur le site panarabe Raseef22. Un cri du cœur en soutien à la gardienne de but de l’équipe de football féminine d’Iran, soupçonnée d’être un homme par les autorités jordaniennes.

Le 25 septembre dernier, raconte le quotidien anglophone iranien Tehran Times, l’Iran s’est qualifiée pour la première fois de son histoire pour la Coupe d’Asie de football féminin après avoir vaincu l’équipe de Jordanie à l’issue d’une séance de tirs au but. Et ce, grâce à deux arrêts décisifs de la gardienne iranienne.

Zohreh Koudaei “a arrêté les tentatives des joueuses jordaniennes avec courage et professionnalisme”, écrit le site Daraj :

Elle a gagné contre le commentateur sportif de la télévision jordanienne qui parlait d’elle au masculin à chaque fois qu’elle arrêtait un tir, allant même jusqu’à dire ‘Dieu craint le gardien de l’équipe d’Iran’.”

Plusieurs semaines après ce match, la Fédération jordanienne de football a officiellement demandé à la Confédération asiatique de football (AFC) de diligenter une enquête pour vérifier le sexe de la portière iranienne. La lettre de la fédération a été rendue publique par son président, le prince Ali ben Al-Hussein, l’un des fils du roi Abdallah de Jordanie.

À lire aussi:

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles