Le mouvement sénégalais M2D fait le point sur ses revendications

·2 min de lecture

Le mouvement de défense de la démocratie (M2D) a fait le point sur ses revendications vendredi 26 mars. Après des manifestations meurtrières au Sénégal, le mouvement avait suspendu son appel à la mobilisation le 12 mars, mais il avait présenté « en retour » une liste de 10 revendications.

Avec notre correspondante à Dakar, Charlotte Idrac

Tout en haut de la liste, le M2D exigeait la libération « sans conditions » de tous les prisonniers qualifiés de « politiques » arrêtés dans le contexte de l’affaire Ousmane Sonko.

Cette revendication a été en partie satisfaite. Vendredi 26 mars, 19 personnes ont été relâchées, après une série de libérations depuis mercredi, dont celle de Guy Marius Sagna, l’une des figures de la contestation et coordonnateur du mouvement Frapp / France Degage. Le M2D « prend acte », mais reste mobilisé.

Yassine Fall, représentante du collectif rappelle : « À Diourbel, le juge refuse de libérer les 22 otages politiques. Le M2D ne fera aucun compromis sur la libération des jeunes arbitrairement détenus. »

Le M2D réclame toujours la lumière sur les décès — au moins 10 — et blessures enregistrés durant les manifestations, et sur les nervis, les hommes de main, visibles aux côtés des forces de l’ordre.

Appel à maintenir les élections locales en 2021

Le mouvement s'inquiète aussi du nouveau report des élections locales, programmées pour fin mars, mais de nouveau repoussées. Ce report a été acté cette semaine en conseil des ministres.

« Le M2D dénonce toute manœuvre consistant à amener ces élections à l'année prochaine et invite les acteurs impliqués dans le processus électoral à mener le du fichier et l'évaluation de manière à maintenir l'élection en 2021 », déclare Yassine Fall.

Le mouvemement ajoute qu'il n'y aura pas de nouvel appel à la manifestation, mais une mobilisation pour une collecte de fonds en faveur des victimes des récentes violences. Le M2D s’en est tenu à cette déclaration.