Mouvement de foule à Séoul : pourquoi la situation a-t-elle dégénéré ?

© Jung Yeon-je / AFP

Des personnes entassées les unes sur les autres, des corps sans vie allongés un peu plus loin sur un boulevard et des services d'urgence dépassés face à l'ampleur de la tâche. A Séoul en Corée du Sud , le week-end aura été particulièrement meurtrier. Près de 154 personnes ont perdu la vie dans un mouvement de foule dans les rues de la capitale coréenne selon un dernier bilan, dont un Français . La catastrophe a également fait plusieurs dizaines de blessés.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Les autorités débordées

Il faut dire que pour fêter Halloween, environ 100.000 personnes se trouvaient samedi soir dans le quartier festif de la ville, Itaewon. Une affluence démesurée par rapport aux années précédentes. Vers 22 heures, une immense bousculade se forme près de l'hôtel Hamilton, situé sur une avenue et entourée de ruelles en pente raide. "Ça me fait froid dans le dos, de voir des gens au sol comme ça se faire réanimer", explique un influenceur français qui a été pris au piège dans la foule. "La situation n'est pas sous le contrôle de qui que ce soit, y compris même des autorités. La police coréenne ne s'attendait pas à ça car il y avait très peu de policiers mobilisés", explique-t-il.

La majorité des victimes avaient une vingtaine d'années. Pris au piège dans des petites ruelles, la densité et la compression des personnes auront été mortelles pour beaucoup d'entre elles. "Autour de sept personnes par mètre carré, on atteint des densités qui commen...


Lire la suite sur Europe1