Le mouvement contestataire étudiant ne s'essouffle pas en Turquie

·1 min de lecture

Après la nomination d'un recteur proche du pouvoir à la tête de la prestigieuse Université du Bosphore, des étudiants réclament l'abolition des systèmes antidémocratiques qui stigmatisent les musulmans ou encore les homosexuels du pays. Reportage.

Les étudiants turcs ne décolèrent pas. La nomination au début de l'année par le président turc, Recep Tayyip Erdogan, d'un recteur proche du pouvoir à la tête de la prestigieuse Université du Bosphore (Bogaziçi en turc) a déclenché un grand mouvement de contestation estudiantin.

La police turque a arrêté mardi plus de 170 personnes participant à de nouvelles manifestations qui ne montrent aucun signe d'essoufflement, en dépit de la répression de plus en plus brutale des autorités. Les étudiants réclament notamment l'abolition des systèmes antidémocratiques stigmatisant les musulmans et les homosexuels.