"La mouvance QAnon a eu une véritable accélération du fait de Donald Trump"

·1 min de lecture

Depuis trois ans, la mouvance QAnon prend de plus en plus d'importance sur les réseaux sociaux, jusqu'à être partagée par... Donald Trump. Tristan Mendès France, maître de conférence associé à l'Université de Paris, spécialiste des cultures numériques et collaborateur de l'Observatoire du complotisme, revient pour Paris Match sur le phénomène.

Paris Match. En quelques mots, comment définiriez-vous la mouvance QAnon ?
Tristan Mendès France. C’est une mouvance complotiste d’extrême droite américaine qui imagine essentiellement qu’il y a un complot international d’une élite mondiale pédo-sataniste contre Donald Trump. C’est le coeur de la croyance QAnon.

Peut-on la comparer à l'affaire du «Pizzagate» ?
L’épisode du Pizzagate est un précurseur de cette mouvance, on retrouve le même type de profils qui ont pu y croire. C’était un épisode où des complotistes, essentiellement d’extrême droite, imaginaient que les principaux démocrates américains étaient des trafiquants ou des consommateurs d’enfants en bas âge dans les sous-sols d’une pizzeria, le Comet Pizza, à Washington. Cet épisode a eu lieu un an avant l’apparition de la mouvance QAnon, en 2016.

Comet Pizza, le restaurant au coeur de la rumeur du Pizzagate. Un homme y a ouvert le feu, sans faire de victime, en décembre 2016.
Comet Pizza, le restaurant au coeur de la rumeur du Pizzagate. Un homme y a ouvert le feu, sans faire de victime, en décembre 2016.

Comet Pizza, le restaurant au coeur de la rumeur du Pizzagate. Un homme y a ouvert le feu, sans faire de victime, en décembre 2016. © Jose Luis Magana/AP/SIPA

"Un phénomène marginal mais significatif au sein des militants de l’appareil du parti républicain"

Ces théories fleurissent sur les réseaux sociaux, notamment sur Twitter. Donald Trump partage des tweets d’adhérents à cette mouvance. Interrogé sur le sujet, il botte en touche et dit ne pas connaître. Mais ses partages sont parlants.
Cette(...)


Lire la suite sur Paris Match