Le moustique-tigre est de retour: les bons gestes à adopter pour s'en préserver efficacement

Un moustique-tigre - Image d'illustration  - James Gathany - CDC - Domaine public
Un moustique-tigre - Image d'illustration - James Gathany - CDC - Domaine public

Une période de prolifération qui commence plus tôt et se termine plus tard. A la faveur du réchauffement climatique et des vagues de chaleur successives qui touchent le pays depuis plusieurs années, le moustique-tigre est en passe de devenir un risque sanitaire majeur en France. Selon un communiqué du ministère de la Santé diffusé début mai, l'Aedes albopictus est en effet responsable de plusieurs maladies dont la dengue, le zika ou encore le Chikungunya.

"On observe des proliférations de moustiques de plus en plus tôt et surtout de plus en plus tard. Il n’est pas rare que l’on retrouve des moustiques-tigres mi-novembre voire fin novembre", indique sur BFMTV Jérôme Raibaut, responsable prévention risques et alertes sanitaires de l'ARS des Alpes-Maritimes.

Selon le site Vigilance moustiques, 64 départements français, soi 67% du territoire métropolitain, sont actuellement placés en alerte rouge, synonyme d'implantaion et d'activité de l'insecte. A court terme, une dizaine d'autres départements dont l'Oise ou l'Yonne, actuellement en vigilance orange, pourraient être promus dans cette catégorie.

· Les bons gestes à adopter

Bien que la lutte contre cet insecte soit difficile, plusieurs solutions existent afin de s'en prémunir. Le ministère de la Santé souligne que le plus important à faire est de supprimer les eaux stagnantes autour de son domicile, qui permettent au moustique de se reproduire. Cela concerne les coupelles des plantes mais également les jouets pour enfants.

L'ARS de Provence-Alpes-Côte d'Azur liste plusieurs autres gestes à adopter: il est ainsi conseillé de bâcher, à l'aide d'une moustiquaire, des réserves d'eau telles que des bidons ou des piscines pour enfants, et de ranger tout ce qui peut être touché par la pluie, dont les seaux. Il est également important de changer l'eau des plantes et fleurs au moins une fois par semaine et de ne pas laisser de déchets à l'air libre.

Dans les régions les plus concernées, l'aménagement de moustiquaires aux fenêtres et portes stratégiques, ainsi que par l'utilisation d'un ventilateur, peut être une aide. En extérieur, plusieurs méthodes existent afin d'éviter les piqûres, rappelle encore l'ARS. Il est ainsi conseillé de porter des vêtements amples et couvrants.

En ce qui concerne les répulsifs cutanés, certains peuvent être utlisés sur les zones de peau découvertes sur conseil du pharmacien. En revanche, la mise en place de serpentins insecticides n'est conseillée qu'en extérieur.

· Lutte sur le terrain

En cas de doutes concernant un insecte repéré, il convient de contribuer à la surveillance de son implantation en le signalant sur le portail officiel des autorités sanitaires à l'adresse suivante: signalement-moustique.anses.fr. En cas de piqûre, il faut prendre contact le plus rapidement possible avec un professionnel de santé.

A l'échelle locale, des surveillances sont également mises en place. L'ARS Provence-Alpes-Côte d'Azur souligne ainsi que "l'Entente interdépartementale pour la démoustication (EID) Méditerranée" est chargée de faire remonter "de façon précoce des cas infectieux, et alerter la population, afin de maîtriser le risque d’apparition d’une chaine de transmission locale".

· Innovations scientifiques

S'il est extrêmement difficile d'éliminer durablement le moustique-tigre, plusieurs innovations scientifiques représentent des avancées notables. Sur BFMTV, les propriétaires du Domaine Mas de Pierre dans le Var ont nstallé, tous les cinq mètres, un nouveau boîtier anti-moustique qui émet du CO2 et des acides afin de reproduire ce que dégage un corps humain et attirer les femelles, responsables des piqûres.

"Les moustiques sont capturés et meurent de déshydratation en 24h", décrit Dominique Hauptmann, créateur de l'entreprise Biobelt, qui produit ce dispositif. 876450610001_6250993092001

En Chine, des chercheurs ont de leur côté ont mis au point un procédé efficace pour quasiment éliminer ces insectes au cours d'une étude sur deux sites tests. Ils ont à la fois irradié des moustiques femelles pour les stériliser et infecté les mâles par une bactérie qui les empêche de se reproduire avec les femelles non infectées, expliquent-ils dans la revue Nature.

Résultat: le nombre d'oeufs de moustiques éclos a chuté de 94%, avec des périodes allant jusqu'à 13 semaines sans une seule éclosion de moustique.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles