"Mourir peut attendre" entre dans le Livre des records pour une raison explosive

·2 min de lecture
Daniel Craig dans la peau de James Bond dans
Daniel Craig dans la peau de James Bond dans

CINÉMA - Il n’y a pas que dans les salles de cinéma que Mourir peut attendre a battu des records. Le 25e film James Bond vient en effet de faire son entrée dans le Guinness Book, ont annoncé ses producteurs ce dimanche 9 janvier.

La raison? Le blockbuster incarné par Daniel Craig détient à présent le record de la plus grande quantité d’explosifs utilisés pour une seule et même scène. Si vous avez vu le film, impossible d’oublier son final si controversé, tourné en 2019 à Salisbury Plain en Angleterre, et au cours duquel la base du méchant Safin (Rami Malek) est entièrement détruite par une avalanche de missiles.

Comme l’a révélé la production du long-métrage sur Twitter, Chris Corbould, responsable des effets spéciaux, a eu recours à l’équivalent de 136,4 kilos de TNT pour réaliser cette prise. Ce dernier avait déjà inscrit son nom dans le Guinness Book en 2015, sur le tournage de Spectre, le précédent James Bond. Il avait en effet mis au point la plus grande scène d’explosion de tous les temps, utilisant 8000 litres d’essence ainsi que 33 kilos d’explosifs.

Dans les salles obscures, Mourir peut attendre, qui marque la dernière apparition de Daniel Craig dans la peau du célèbre agent secret, a réuni près de 774 millions de dollars à l’international (plus de 4 millions d’entrées en France). C’est le quatrième plus gros succès de 2021 derrière Spider-Man: No Way Home, et les deux films chinois La Bataille du lac Changjin et Hi, Mom.

À voir également sur Le HuffPost: Daniel Craig a dit au revoir à James Bond dans un costume rose

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles