« Mouillez-vous ! » : l'appel de Bruno Le Maire aux chefs d'entreprise pour faire barrage au RN

« Si on veut décider, il faut être président de la République. » L’ambition de Bruno Le Maire est éclatante, dès l’aurore, en ce mercredi 12 juin au Cercle de l'Union Interalliée dans le 8e arrondissement de Paris. Invité des petits-déjeuners d’Éthic, le groupement d’entrepreneurs de la libérale Sophie de Menthon, le ministre de l’Économie et des Finances était très clairement en campagne en ces temps de législatives anticipées – voire de pré-présidentielle.

À lire aussi Bruno Le Maire : « Pour l’agriculture, c’est le trop-plein de normes qui coûte cher »

Une charte vient d'être adoptée à l'intention des futurs députés élus, impliquant une simplification administrative, un allègement fiscal, une flexibilisation du Code du Travail, un meilleur accompagnement des entreprises dans leur transition écologique ou encore une meilleure politique de formation professionnelle.

Opération séduction

« Nous avons extrêmement peur et beaucoup plus peur de LFI et de Jean-Luc Mélenchon » que de « l’extrême droite, introduisait Sophie de Menthon, modératrice de cette conférence intimiste. De un, elle n’est pas extrême et, de deux, elle est de gauche. »

Insuffisant pour convaincre Bruno Le Maire de ne pas employer les termes : « Le programme de ce que je persiste à nommer " extrême droite ", prenons vingt secondes pour le lire : retour à la retraite à 62 ans – même si monsieur Bardella est en train de changer d’avis [comme il le semblait hier au 20 heures de TF1] -, baisse de l...


Lire la suite sur ParisMatch