"La Mouche" : la folle et burlesque téléportation de Christian Hecq au théâtre des Bouffes du Nord

Sophie Jouve

Ça démarre par un petit grésillement : une mouche s’écrase sur une lampe anti insectes, comme chez le boucher ! Sauf que là nous sommes chez Odette qui a pris racine dans sa caravane années 60, en écoutant Ménie Grégoire sur son transistor, bercée par ses histoires de couples. Son fils Robert, vieux garçon, est pendant ce temps enfermé dans le garage, absorbé par d’étranges expériences. Et Robert n’est pas piqué des hannetons.


Metteur en scène et acteur, Christian Hecq pieds en dedans, jeux de mains d’un enfant de quatre ans, inadapté ou génial c’est selon, s’inspire d’un épisode célèbre de l’émission Strip-Tease dans lequel un cultivateur charentais s’était piqué de construire une soucoupe volante dans son jardin. Robert, lui, c’est une machine à téléporter qui l’occupe et l’obsède. "Comme on fait voyager la lumière et le son, on peut faire voyager la matière" s’enorgueillit-il. Oui mais voilà, si ça fonctionne avec le lapin ou le nain de jardin… pour le chien et la copine Marie-Pierre, ça ne va pas se passer aussi bien !

Burlesque et trouvailles

On est dans le grand guignol, le burlesque, un univers très Deschiens. On se régale des mimiques insensées de Hecq et des trouvailles de mise en scène élaborées avec sa compagne Valérie Lesort (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi