Robert Ménard publie des mots croisés spécial "Algérie Française" dans le journal de Béziers

Romain Herreros
·3 min de lecture
Robert Ménard publie un mot croisé spécial "Algérie Française" dans le journal de Béziers

Des mots croisés spécial "Algérie Française" dans le journal de Béziers

Robert Ménard publie un mot croisé spécial "Algérie Française" dans le journal de Béziers
(Photo: AFP)
(Photo: AFP)

POLITIQUE - Robert Ménard n'en finit pas de flatter les nostalgiques de l'Algérie Française. Après avoir débaptisé la rue du "19 mars 1962", date des Accords d'Évian qui ont mis fin à la guerre d'Algérie, pour l'appeler rue du "Commandant Hélie Denoix de Saint-Marc", un militaire ayant participé au putsch des généraux en avril 1961, la gazette municipale (dont le maire est le directeur de publication) propose pour son 10e numéro une grille de mots croisés spécial "Algérie Française", rapporte Le Lab.

Ainsi, les "mots croisés de Jenifer" invitent le lecteur à la page 26 à deviner en trois lettres le nom d'un "mouvement indépendantiste terroriste" ou encore celui d'une "fête chrétienne" célébrée en Algérie avant les accords d'Evian. Voir la photo ci-dessous.

Mais si la nostalgie de l'Algérie Française endosse là un côté "ludique", elle passe également par la dénonciation des journalistes du Midi Libre.

Le Midi Libre pris pour cible

Dans ce journal municipal, dont la maquette rappelle celle des hebdomadaires nationaux, est visé le journaliste du Midi Libre qui a couvert la cérémonie d'inauguration de la rue de commandant Hélie Denoix de Saint-Marc.

"Que penser d'un journaliste qui, en fin d'après-midi, sur le site internet du journal, affirme que la manifestation du maire a réuni 1.500 personnes et qui, quelques heures plus tard, dans le journal vendu en kiosque, écrit qu'il y en avait seulement 1.000 ?", s'interroge le bimensuel qui croit déceler les "mensonges" du quotidien qui voudrait prendre "ses lecteurs pour des crétins".

Par ailleurs, la mairie de Béziers ne s'est pas contentée d'une charge dans cette gazette municipale. La communication de la ville s'était aussi insurgée sur sa page Facebook le 17 mars pour dénoncer le Midi Libre en incriminant directement l'auteur de l'article qui a visiblement déplu au maire. Voir la capture d'écran ci-dessous:

Dans son édition du 2 avril, le Midi Libre a donc répondu par un billet d'humeur. "On attend demain la publication des adresses, histoire de monter d’un cran dans la persécution. Les réactions de l’extrême-droite, la méthode Ménard, c’est aussi cela. Celle qui rappelle des heures sombres, des heures passées", écrit le quotidien raillant la volonté de Robert Ménard de vouloir imposer "son histoire".

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.

Love HuffPost? Become a founding member of HuffPost Plus today.

This article originally appeared on HuffPost.