Et si la motivation à faire du sport était liée à notre microbiote ?

© Hauke-Christian Dittrich / DPA / dpa Picture-Alliance via AFP

Une équipe israélienne de l’université de Pennsylvanie a démontré que la flore intestinale permettrait de produire de la dopamine, cette hormone du bonheur responsable de la notion de plaisir dans notre cerveau. Et grâce à elle, nous pourrions bien trouver de la motivation... pour faire du sport.

Vous connaissez certainement la dopamine. C’est l’hormone du bonheur, responsable de la notion de plaisir dans notre cerveau. Ce que vous ignorez peut-être, c’est que la flore intestinale permettrait d’en produire et de trouver de la motivation… pour faire du sport. C’est en tout cas ce qu’a montré une équipe israélienne de l’université de Pennsylvanie, dans de récentes expérimentations menées sur des souris. Alors, comment ça marche ? Eléments d’explication avec Philippe Gérard, directeur de recherche à l'Inra de Jouy-en-Josas et spécialiste du rôle du microbiote intestinal sur la santé.

Qu’est-ce que cette étude ?

Dans cette étude menée par une équipe israélienne, les chercheurs se sont intéressés au rôle potentiel du microbiote intestinal dans la motivation à faire de l'exercice. Pour cela, ils ont utilisé une cohorte de 200 souris, issues de 8 fonds génétiques différents. Et ils leur ont fait faire de l'exercice, soit sur un tapis roulant, soit dans une roue.

>> Retrouvez tous les journaux de la rédaction d'Europe 1 en replay et en podcast ici

Ils ont pu mettre en évidence que toutes les souris n'avaient pas la même motivation à faire de l'exercice : certaines couraient plus longtemps. Pour comprendre ces différences de performance sportive, les chercheurs ont analysé tout un tas de paramètres, et à leur grande surprise, ils ont découvert que c'était la flore intestinale qui permettait de mieux expliquer pourquoi certaines souris couraient plus longtemps que d'aut...

Lire la suite sur Europe 1

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "Faire du sport est absolument génial. Mais sans une alimentation adaptée, ça peut être pire que tout"