Motions de censure : Mélenchon fustige Roussel et les « ailes » Jadot et Hollande

© Nicolas Guyonnet / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Le chef de file de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a fustigé "l'aile Hollande du PS, l'aile Jadot de EELV et Fabien Roussel" dans une note de blog revenant mardi sur l'échec la veille d'une motion de censure LFI. La France insoumise avait fait cette fois cavalier seul à gauche dans le dépôt de sa motion, qui n'a pas fait le plein à gauche, 22 voix des alliés de la Nupes faisant défaut, dont celles du patron du PCF Fabien Roussel et de la socialiste Valérie Rabault.

Jean-Luc Mélenchon fustige "l'aile Hollande du PS, l'aile Jadot de EELV et Fabien Roussel" dans une note de blog revenant mardi sur l'échec la veille d'une motion de censure LFI. "Quelle aberration !", écrit, à l'intention des députés de gauche n'ayant pas voté la censure, l'ancien candidat LFI à la présidentielle : "Sous prétexte de 'refuser les voix RN', ils finissent en fait, sans oser le dire, par soutenir le gouvernement Macron en refusant sa chute."

>> LIRE AUSSI - Les motions de censure du RN et de LFI rejetées, le budget de la Sécu adopté à l'Assemblée

Des motions rejetées

Le budget de la Sécu a été adopté mardi après le rejet d'une motion de censure du Rassemblement national et d'une autre émanant de LFI. La France insoumise avait fait cette fois cavalier seul à gauche dans le dépôt de sa motion, qui n'a pas fait le plein à gauche, 22 voix des alliés de la Nupes faisant défaut, dont celles du patron du PCF Fabien Roussel et de la socialiste Valérie Rabault. Pourtant, selon Jean-Luc Mélenchon, "le noyau unitaire de la Nupes s'est élargi et renforcé. Ses adversaires internes restent les mêmes : l'aile (François) Hollande du PS, l'aile (Yannick) Jadot de EELV et Fabien Roussel."

Jean-Luc Mélenchon qualifie mardi le choix de l'ancien candidat communiste à la présidentielle de "soutien étonnant (et isolé au PCF) en faveur du budget de la Sécurité sociale de Macron". Visant plus loin, sans les nommer, les douze députés socialistes -sur 31- n'ayant pas voté la motio...

Lire la suite sur Europe 1

VIDÉO - "La motion de censure est un argument ultime" : Olivier Faure (PS) justifie son choix de ne pas signer la motion de LFI