La motion de censure de la NUPES ne sera pas votée, alors à quoi sert-elle?

POLITIQUE - Prévue par la Constitution, la motion de censure permet au Parlement de renverser le gouvernement si elle est adoptée par la majorité absolue des députés. Or, avec 151 députés insoumis, communistes, écologistes et socialistes, la NUPES qui défend la sienne ce lundi 11 juillet est loin des 289 voix nécessaires.

Les autres membres de l’opposition, les Républicains et le Rassemblement national ont déjà dit qu’ils ne voteraient pas cette motion de censure. C’est une démarche isolée d’un groupe politique, explique le député LR Philippe Gosselin. Avant même que le gouvernement ait changé et démissionné il y a quinze jours, la NUPES avait déjà dit qu’il y aurait une motion de censure”.

“C’est le jouet des députés d’extrême gauche, eux sont dans une posture de provocation faire du cirque pour du cirque, ils ne sont pas constructifs,” commente de son côté Julien Odoul, député du RN.

Comme on vous l’explique dans la vidéo en tête d’article, cela n’empêche pas la NUPES d’aller au bout de son initiative, qui est avant tout symbolique. Les députés ne parlent pas de motion de censure, mais de motion de défiance, pour mettre en miroir le vote de confiance de l’Assemblée que la Première ministre n’a pas sollicitée.

Et l’objectif principal est bien d’illustrer que la NUPES est la première force d’opposition, comme l’explique Boris Vallaud, président du groupe PS: ”La Première ministre n’a pas de majorité et en ne se soumettant pas au vote elle peut laisser entendre qu’elle a le soutien de tous. Je crois que pour la clarté des choses il est important de savoir sur qui elle peut compter et qui est son opposition, et donc c’était le sens de notre proposition, pour ne pas préjuger d’un soutien tacite”.

Si les autres groupes ne votent pas cette motion de censure, l’opposition aura d’autres occasions de se dresser contre le gouvernement sur les textes de loi qui seront débattus ou lors d’autres motions de censure.

À voir également sur le HuffPost : Des applaudissements aux huées, une Assemblée nationale hétéroclite face à Élisabeth Borne

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles