Les moteurs de 8, 12 ou 16 cylindres ont-ils un avenir ?

Les moteurs de 8, 12 ou 16 cylindres ont-ils un avenir ?

On connait tous Bentley, Bugatti, Aston Martin, McLaren, Lamborghini ou encore Ferrari. Tous ces constructeurs ont en commun deux choses : ce sont des marques de luxe et toutes ont au moins produit un moteur V12. D’autres continuent même de faire perdurer le Saint Graal, le célèbre W16. Mais ces dernières savent pertinemment que, compte tenu de l'électrification imminente de leur gamme, toutes les bonnes choses auront une fin. Et ce, bien avant la fin des moteurs thermiques, qui est prévue pour 2035.

Le downsizing va tuer les cylindres

Depuis plusieurs années, le "downsizing" est une grande tendance chez les ingénieurs qui reçoivent des cahiers des charges toujours plus stricts. Les normes antipollution, notamment sur le Vieux Continent avec l'arrive de l'Euro7, rendent le développement des véhicules thermiques encore plus complexes. Réduire le nombre de cylindre permet mécaniquement de faire baisser à la fois la consommation et donc les émissions.

En effet, plus un moteur est petit, moins il consomme en principe. Le faible nombre de cylindres entraîne moins de pertes par frottement et moins de carburant doit être brûlé. Enfin, un moteur plus petit est aussi plus léger, ce qui réduit la masse à déplacer. Pour compenser la perte de puissance...Lire la suite sur Autoplus