Mosquée de Strasbourg: EELV va déposer plainte pour diffamation contre Darmanin et Schiappa

·3 min de lecture
Le secrétaire national d'Europe Ecologie Les verts (EELV) le 19 janvier 2021 à Paris

Europe Ecologie Les Verts a annoncé samedi son intention de porter plainte pour diffamation contre les ministres Marlène Schiappa et Gérald Darmanin, qui s'opposent à la mairie verte de Strasbourg sur une possible subvention à la construction d'une mosquée.

"En accord avec le Bureau exécutif et Jeanne Barseghian, maire de Strasbourg, EELV va déposer plainte pour diffamation contre Marlène Schiappa et Gérald Darmanin", a déclaré Julien Bayou, secrétaire national d'EELV, dans un discours au Conseil fédéral, dont l'AFP a obtenu copie.

"Nous avons pris la décision hier (vendredi) soir et la plainte sera déposée dans le courant de la semaine prochaine", a précisé le patron des Verts.

"Gérald Darmanin, le ministre des cantines scolaires, a accusé la majorité EELV, dirigée par Jeanne Barseghian, de +financer une ingérence étrangère sur le sol+ français. Sa ministre déléguée a de son côté, affirmé que +EELV pactisait avec l'islam radical+. En cause: l'adoption lundi d'une subvention à la construction d'une mosquée", a rappelé le secrétaire national.

Pour M. Bayou, "nous avons un gouvernement et son ministre de l'Intérieur et des Cultes qui ment: jamais il n'a alerté la maire du danger que représenterait l'association qui porte le projet. Pour nous c'est très clair : si cette association est dangereuse, qu'il la ferme".

"Que des ministres usent et abusent des moyens de la puissance publique pour salir leurs adversaires politiques pour des raisons purement électoralistes et/ou pour faire diversion et tenter de déporter le regard de leurs échecs et de leurs carences, nous ne pouvons l'accepter", souligne M. Bayou.

Un bras de fer oppose Gérald Darmanin et la maire verte de Strasbourg, depuis le vote lundi par le conseil municipal du "principe d'une subvention" de 2,5 millions d'euros destinée au chantier de la mosquée Eyyub Sultan, porté par une association turque, la Confédération islamique Millî Görüs (CIMG).

"Nous considérons que cette collectivité (la mairie de Strasbourg) n'aurait pas dû financer une ingérence étrangère sur notre sol", avait dit le ministre de l'Intérieur mercredi.

Marlène Schiappa, en charge de la Citoyenneté, avait estimé que les écologistes "flirtent de plus en plus dangereusement avec les thèses de l'islamisme radical".

Dans la soirée, Alain Fontanel (LREM), l'une des principales figures de l'opposition strasbourgeoise, a déploré l'annonce de cette plainte, qui intervient au lendemain d'une réunion entre Jeanne Barseghian et les présidents de groupe du conseil municipal, où chacun avait convenu de la nécessité d'un "apaisement", selon lui.

Cette plainte "est un coup de massue incompréhensible au regard de l'échange que nous avons eu hier, et irresponsable compte-tenu des enjeux en termes de vivre-ensemble et d'image pour notre ville", a-t-il commenté auprès de l'AFP.

"Le chemin choisi n'est vraiment pas celui d'une sortie de crise et encore moins d'un apaisement", écrit-il dans un message adressé à la maire. "Vous semblez avoir choisi de prolonger cette crise que vous avez vous-même créée plutôt que de vous donner les moyens de protéger (...) notre ville".

etr-apz/bdx/dlm