Moselle : les variants sud-africain et brésilien du Covid-19 inquiètent

Le maire de Metz, François Grosdidier (LR), appelle à un confinement strict et de courte durée. Il s’agit, selon lui, de la seule mesure capable de ralentir la diffusion du virus et donc de ces variants sud-africains et brésiliens qui inquiètent en Moselle. Au total, 300 nouveaux cas de ces variants ont été détectés en seulement quatre jours. Un chiffre qui s'ajoute aux 204 déjà avérés précédemment. Quête d’explications Face à cela, aucune explication ne ressort : aucun foyer de contamination n’a été identifié, ni de cas liés à un voyage à l’étranger. Pourquoi la Moselle est-elle plus touchée par ces variations que le reste de la France ? Et surtout, comment ralentir la diffusion de ces variants ? Autant de questions auxquelles devrait répondre le ministre de la Santé, Olivier Véran, qui est attendu, vendredi 12 février, en Moselle, pour rencontrer les élus du département et le personnel soignant.